Tracé vert pour l'A104 : consternation pour les opposants, camouflet pour la droite locale !

Publié le par Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Le Ministre des Transports Dominique Perben a donc décidé le 24 octobre, à la suite d'un débat public particulièrement riche et exceptionnellement suivi durant plusieurs mois, de prolonger l'A104 entre Méry sur Oise et Orgeval et a choisi le tracé vert.
 
 La déception des milliers d'opposants à cette autoroute est immense. Le Ministre des transports n'a pas tenu compte des arguments contre l'A104 et a retenu le tracé par Achères et Carrières-sous-Poissy car celui-ci serait « le meilleur pour desservir les zones d'activités actuelles ou en projet tout en préservant les zones naturelles sensibles ». La priorité a donc été accordée aux entreprises et aux entrepôts plutôt qu'aux habitants, comme nous le redoutions. Chacun appréciera...
 
 Lors de ce débat, nous avions exprimé publiquement notre position, auprès des Saint-Germanois et lors de la réunion publique du 3 mai à Saint-Germain. Nous nous étions très clairement prononcés contre le projet de prolongement de l'A104 que nous jugions « inutile et nuisible ». Notre opinion n'a pas changé, bien au contraire.
 
 Car le tracé vert n'a rien d'écologique. Il va éventrer les villes d'Eragny, Conflans, Achères et Carrières-sous-Poissy. Plus de 100.000 véhicules par jour sont attendus sur cette autoroute mais aussi sur la voirie voisine, engendrant pollution, nuisances sonores et embouteillages. Des milliers de camions en transit international, qui contournaient jusqu'à présent la région parisienne par l'Est, prendront dans quelques années l'A104. 

Des arguments forts contre ce tracé avaient pourtant été soulevés lors du débat public. La Plaine d'Achères est située en zone inconstructible en raison du Plan de Prévention des Risques d'Inondation. Aujourd'hui, la ville d'Achères n'a pas le droit de construire dans cette zone ; mais demain, l'Etat pourra y faire passer une autoroute...

 Le coût de cette autoroute sera astronomique. Il y aura 3 traversées de la Seine sur 20 kms. Une traversée sous-fluviale entre Achères et Carrières-sous-Poissy a été ajoutée par le Ministre sans même que l'on sache si cette solution est possible techniquement et le coût qu'elle engendrera...

Le maire de Saint-Germain se félicite, avec un culot monstre, du choix du tracé vert. Il se déclare, dans Le Parisien du 25 octobre, « très content : la Francilienne ne passera pas par la Forêt de Saint-Germain ». Qu'importe que le tracé vert soit un véritable drame pour la ville d'Achères, qu'importe que M. Lamy ait soutenu (comme tous les élus de droite) le tracé rouge et pas le tracé vert ! Avec M. Lamy, le cynisme l'emportera toujours... 

Car, que disait M. Lamy aux Saint-Germanois lors de la réunion publique du 3 mai à Saint-Germain ? Tout simplement que « le tracé vert est une alternative très onéreuse au rouge, et tel qu'il est, il est totalement inacceptable pour Achères» Aujourd'hui, visiblement, cela ne pose plus aucun problème au maire de Saint-Germain !

 
Et que disait Maurice Solignac, conseiller général UMP du canton de Saint-Germain nord (qui représente la ville d'Achères au conseil général des Yvelines) lors de la même réunion ? Son intervention était alors limpide quant aux inconvénients rhédibitoires du tracé vert :  
« Quant au tracé vert, sur sa partie centrale, son impact sur Achères est immédiat au vu de la coupure créée par cette autoroute urbaine. [...] Le tracé vert passe à côté du Groupe Scolaire Louis Jouvet, il longe l'Ecole et la Crèche Célestin Fresnay, il continue le long de l'Ecole Henri Wallon. Il anéantit les projets de zones d'activité. Il vient à proximité immédiate de l'emplacement que nous venons de prévoir pour l'implantation du second collège tant désiré. Il se termine dans la plaine d'Achères, en opposition avec les prescriptions de l'Etat en matière de plan de protection contre les risques d'inondation. » 

 Bravo M. Solignac, vous connaissez bien votre canton et la commune d'Achères. Mais qu'allez-vous dire maintenant que le tracé vert a été retenu? Qu'il ne pose aucun problème, qu'il est « celui de l'efficacité et de l'intérêt général » comme l'était, selon vous, le tracé rouge? Ce qui n'était pas acceptable hier l'est-il devenu aujourd'hui?

Quant à Pierre Morange, député UMP de la 6e circonscription, que va-t-il dire désormais? Comme tous les élus UMP de la région, il a soutenu le tracé rouge, le « plus pertinent » à ses yeux car « s'en écarter vise tout simplement à recharger l'ensemble de nos voiries et à nous retrouver dans la situation dont nous pâtissons actuellement » [extrait de la réunion publique du 3 mai à Saint-Germain].

M. Morange a fait mieux que soutenir le tracé rouge : il a dernièrement signé une carte-pétition contre le passage de l'A104 par Achères. En voici la preuve. Démagogie, avez-vous dit? Que vaut désormais cette signature? Que vaut la parole de ce parlementaire dans ces conditions? 

La droite locale a beau se réjouir du prolongement de l'A104, il ne faut pas se leurrer : le Ministre, en choisissant le tracé vert, a aussi administré un véritable camouflet à l'ensemble de ces élus UMP. En qualifiant le tracé rouge de « guère envisageable » dans son communiqué, c'est toute l'argumentation des élus locaux de droite qui est balayée d'un revers de main.

La position des socialistes de Saint-Germain n'a, elle, pas changé. Nous condamnons le principe même du prolongement de l'A104 qui va aboutir à Orgeval, pour former le plus grand échangeur d'Europe, sur une autoroute A13 complètement saturée. D'ores et déjà, le Ministre demande au conseil général des Yvelines de prévoir l'élargissement de l'A13 dans la forêt de Marly pour faire face à l'arrivée de 100.000 véhicules supplémentaires. Non seulement, nous subirons les nuisances de l'A104 mais les contribuables yvelinois paieront pour en pallier les conséquences ! 

D'ailleurs, comment ceux qui se vantent, comme M. Lamy, d'avoir « sauvé la forêt de Saint-Germain » pourront-ils justifier le futur saccage de la forêt de Marly? Il y a là une totale incohérence que nous dénonçons depuis des mois.

Le combat contre le prolongement de l'A104 ne s'achève pas avec la décision du ministre. Les opposants restent plus que jamais unis et mobilisés pour convaincre de l'inutilité du projet.

Des élections locales et nationales auront lieu en 2007 et 2008. Ce qu'une majorité a fait, une autre majorité peut le défaire. Nous vous invitons à nous rejoindre dans notre combat contre le prolongement de l'A104.

 
 
 

A visiter :
Le site du débat public sur l'A104

Publié dans A104

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article